De par sa reconstruction en 1947, le Phare du Cap Ferret est forcément moins typique que d’autres plus anciens, mais la vue à 360 une fois en haut est magnifique !

Imaginez, devant vous la Pointe du Cap Ferret qui s’avance dans l’Océan Atlantique. A votre droite ce même océan à perte de vue qui vient finir sa course sur l’immense plage de sable blanc sous forme de vagues et d’écume. Sur votre gauche le Banc d’Arguin, et un peu plus loin la majestueuse Dune du Pilat, surveillant le ballet incessant des bateaux pénétrant dans le Bassin d’Arcachon. Prenez donc le temps de le contempler ce fameux bassin, il est là, devant vous, parsemé de parcs à huitres vivant au rythme des vents et marées. N’oubliez pas également de profiter de la vue sur la forêt domaniale du Cap Ferret.

La montée des 258 marches se fait en moins de 5min, et un ascenseur permet aux personnes à mobilité réduite de profiter du panorama. Au rez-de-chaussée une exposition très bien faite vous renseignera sur l’histoire du phare et l’évolution des carte marines de manière ludique et interactive.

Ne passez également pas à côté de la boutique du phare qui recèle quelques souvenirs très sympathiques sur le phare mais également la région du Cap Ferret.

Vous l’aurez compris, malgré un prix de visite de 6€ pour les adultes et 4€ pour les enfants, la visite du Phare du Cap Ferret reste un incontournable de vos vacances sur la Presqu’ile. N’hésitez pas à visiter le site officiel du phare ici.

Un peu d’histoire

Voici ce qu’écrivait André Rebsomen sur le phare du Cap Ferret en 1928 dans son ouvrage Notes touristiques sur le Pays de Buch

“Ce phare de première classe est situé à 900 m. de l’Océan du méridien de Paris. Il a 51 mètres d’élévation fut construit en 1839 par les frères Escarraguel sous la direction de M. Deschamps ingénieur des ponts et chaussées et transformé en 1904. Son feu, blanc rouge, est produit par un brûleur à incandescence qui utilise la vapeur de pétrole comprimée. Il a une puissance de 6.000 becs carcel pour les éclats blancs et 2.000 becs carcel pour les éclats rouges. Son rythme est le suivant éclat blanc 5 secondes éclipse 15 secondes éclat rouge 5 secondes, éclipse 15 secondes, total : 40 secondes. Sa portée lumineuse est de 27 milles au large (soit 50 kilomètres) pour les éclats blancs et de 23 milles (42 kilomètres) pour les éclats Pour atteindre le sommet escalier de rouges 975 marches et, de la galerie supérieure, on jouit d’une vue splendide. C’est une ascension qu’on ne doit pas manquer de faire. Un grillage de fil de cuivre protège la lanterne contre les nombreux oiseaux de mer qui viennent heurter attirés par la lumière. Par les grandes tempêtes le phare oscille d’une façon très sensible.Bientôt un Radiophare sera installé sur le phare lui-même et fonctionnera automatiquement. Sa portée sera environ de 60 milles marins, soit 111 kilomètres, autrement dit presque trois fois plus grande que la portée lumineuse du phare actuel. Le Radiophare fera en temps de brume une émission durant 60 secondes répétée toutes les dix minutes sur ondes modulées (800m) donnant la lettre indicative d’origine qui, pour le Cap Ferret est la lettre F. Cette émission sera déclenchée par le gardien du phare, qui n’aura qu’à mettre en marche le moteur et à appuyer sur un bouton dès que la brume commencera. Cette organisation, qui fonctionne depuis le 1er mars 1928 en temps de seulement, est encore en essais. Dans le jardin du gardien du Phare, poussent de superbes figuiers.”

Galerie photos Phare du Cap Ferret